2001 - Exposition Pendant le congrès KRYEON - Espace "Les Pyramides" - PORT MARLY (78)

  • Posted on: 5 May 2001
  • By: François

 

Congrès - KRYEON

Lee Caroll

 

Espace "Les Pyramides"

Salle Toutankhamon

16 avenue de Saint-Germain

PORT-MARLY (78) - Yvelines

Blason de Port-Marly (78)

 

5, 6, 7 Mai 2001

 

 

Congrès organisé par l'association C.E.S.A.M

(Congrès - Expo - Santé - Art - Musique)

En partenariat avec:

Les Éditions ARIANE - A.L.T.E.S.S - La Revue "Les 3 Mondes" - Le Magazine "Soleil Levant"

 

Congrès KRYEON   Espace "Les Pyramides" PORT-MARLY (78)

 

Célébrer le 3ème millénaire: L'émergence du Féminin

Lee Carroll - Gregg Braden - Daniel Meurois - Lise Thouin - Jan Tober - Tod Ovokaitys - Jean-Claude Genel - Marie Elia

Concert de Michel Jonasz

 

Lee Caroll et Gregg Braden

 

 

Exposition des Peintures à l'huile de François Schlesser pendant le congrès

Œuvres exposées sur stand: 

Le mariage des temps nouveaux“ - "Vaisseau spirituel" - "Le souffle d'or"  - "La variation des infinis"

 

2001 L'ODYSSÉE DE L'ESPÈCE.

Un lieu enchanteur au parfum antique, inspiré d'une connaissance qui remonte du fond des ages. Les pyramides de Port-Marly (78) France, c'est un des endroits idéals pour franchir un pas de plus dans cette marche sans fin vers l'éveil.
Pendant trois jours de congrès, des Femmes et des Hommes se sont rapprochés au cœur de ces constructions architectoniques, dans la paix et la fraternité, poussés par un désir commun de se réunir pour grandir, et pour la joie que cela procure d'être en compagnie d'autres qui cherchent.
Les regards se croisent, les sourires dansent le long des émotions, par-dessus le bonheur d'être libre d'exprimer son naturel. Alors, surgissant du réel, une essence mystérieuse se dévoile.
Jusqu'au plus profond de l'atome, habite une force qui connaît l'absolu et qui chuchote depuis toujours, depuis "maintenant" en fait, que le temps n'est pas, qu'il n'a jamais été et qu'il ne sera jamais ailleurs que dans la pensée de ceux qui cherchent l'éternité.

Gregg Braden, émerveillé par les forces fondamentales, présente sa vision d'un univers où tout s'assemble en un puzzle multidimentionnel, et dans lequel nous pouvons interagir par la prière. De la théorie des super cordes à l'intention des choses, il n'y a qu'une particule d'épaisseur, semble-t-il.
La distance n'existe pas, pas plus que la matière. À toutes les échelles de grandeur, on ne trouve que de l'énergie en mouvement, alors, la matrice quantique devient évidente. Quand on pense que des textes antiques dévoilent l'existence d'une origine universelle que la science commence à peine à voir par l'entremise des équations.

Des tablettes, des rouleaux, des hiéroglyphes, des anales spatio-temporels déversent leur contenu dans nos précieux livres modernes, ainsi que dans nos Cd Roms et nos DVD, pour nous enseigner toujours la même chose.....que la connaissance est à l'intérieur des choses, dans le substrat même de la Vie....Que cette connaissance est de l'énergie pure, un Esprit, une intelligence supérieure capable de tout cristalliser, c'est-à-dire de précipiter un Univers extérieur dans son intégralité, dans son infini. Et ça, c'est aussi de plus en plus le discours de la physique contemporaine.
Et si la matière était une mémoire enregistrée dans une matrice expérimentale, une sorte de terrain de jeux où l'infini chercherait à s'embellir pour le simple plaisir d'aimer être ? Quelle poésie ! La véritable science ne serait-elle pas une science au parfum spirituel, contenue elle-même dans l'infini sous la forme de connaissance énergie ? La connaissance de l'extérieure corroborée par la connaissance de l'intérieur, et inversement. L'un ne pouvant pas aller sans l'autre puisque l'Un est en l'autre.

Justement, à propos de l'Un, citons cette merveilleuse entité qui se nomme Kryeon, et qui est en l'autre, Lee Carroll, ce cher frère qui a osé s'élancer dans son expression supérieure. N'expliquent-il pas ensemble à leur façon la loi de l'Unité, le service magnétique, par la remontée fulgurante aux sources d'un Amour infini ?
Avec Kryeon, on se sent à la maison, dans sa famille, donc les masques ne sont plus vraiment utiles. Alors, silencieusement ils tombent dans l'oubli.... au moins le temps de cette rencontre.
Minutieusement préparé par Jan Tober, on médite, on s'apaise. On se câble avec soi-même. On communique avec sa profondeur, avec son inconnu. On s'étonne aussi. Lentement, le sol s'efface, puis nous partons dans un survol vêtu d'étoiles, jusqu'aux confins des galaxies, juste au bord de l'univers.
Kryeon enseigne la splendeur d'aimer. Lee Carroll le canalise. Tout vibre délicieusement. L'enseignement est cadencé par l'écho encore retentissant des grands vaisseaux de cristal mis en scène auparavant par le groupe de Jean Claude Genel. La magie est totale, nul ne peut le nier. La pleine lune chante le Wesak. La musique de Robert Coxon accompagne le voyage qui n'en finit pas de s'éterniser. Les enseignements coulent au fond des cœurs, dans un murmure chaleureux.
À ce moment précis, le paradigme local est changé, comme-ci la pyramide et son contenu tendait vers le Point Zéro. L'énergie de la matière semble être modifiée. Tout le monde y est pour quelque chose sans doute. Kryeon a seulement catalysé l'attention collective, et c'est l'intention de chacun qui fait que tout devient possible. À ce "moment", nous sommes en dehors de "l'espace-temps", ne serait-ce que "l'espace d'un instant".

Lise Thouin raconte sa magnifique aventure de N.D.E, "la prise de conscience" quand on est de l'autre côté des mondes et que l'on revient pour raconter. Alors on ne parle plus que d'Amour parce que de l'autre côté, il semble n'y avoir que cela. On revient avec un trésors fabuleux qui est le fruit d'une révélation. On a eu la preuve incommunicable, que l'existence est continue et que la mort n'est qu'une chimère imaginée par un mental coupé de sa vraie connaissance.

Daniel Meurois-Givaudan raconte son aventure dans la mémoire du temps, au moment où l'Univers lui permit d'accéder à un rameau temporel dans lequel a été mémorisée à tout jamais et d'une manière ultra sensorielle la véritable histoire de l'évangile de Marie Madeleine. Fascinant est le voyage dans cette mémoire. Quand on y est, l'impression est réelle et la notion du temps disparaît. Mais alors, l'histoire serait déjà écrite ?

Pendant trois jours de conférences, de musique et de méditations, des artistes ont permis de créer une mémoire collective, une sorte de point de repère spatio-temporel dans lequel se retrouve gravé pour l'éternité des parfums multiples du Divin. Merci à vous tous,  Docteur Todd pour le brillant exposé concernant l'A.D.N, Marie Elia pour l'enseignement sur l'origine divine des lettres Hébraïques, Alain René pour la remarquable constance et l'aisance de la traduction de l'anglais en directe sur scène, et à tous ceux qui ont fait que cette manifestation est devenue possible, car derrière tout ça, il a fallu une organisation impeccable coordonnée par l'amitié et le rire, où chacun c'est donné à sa propre mesure, pour le simple plaisir de partager....Un élixir de bonheur qui résonne encore jusqu'au plus profond des cœurs.

François Schlesser - Le 17/06/2001

Lee Caroll - Marie Elia - Daniel Meurois - Lise Thoin - Jean-Claude Genel

Lee Caroll - Marie Elia - Daniel Meurois - Lise Thoin - Jean-Claude Genel

 

 

Plan d'accès